fractale

(Chapitre 2) Le temps et les fréquences

Note : La vérité n’est donnée qu’à ceux qui cherchent et font l’effort de se remettre en question. Il ne vous sera pas demandé de croire ou de ne pas croire, mais de comprendre. Le temps des croyances est révolu !

Vous pourriez répondre : « je ne crois que ce que je vois ». Cela est un adage incohérent ! Croyez-vous aux atomes ? Oui ? Les voyez-vous ? Croyez-vous aux ondes ? Oui ? Les voyez-vous ? Croyez-vous à la face cachée de la lune ?  La voyez-vous ?

__________

Un vaisseau extraterrestre est un objet qui a la capacité de passer des lois de la mécanique quantique à celle de la mécanique classique, du microscopique au macroscopique, et inversement. Ces transferts sont permis par la nature du temps, en faisant varier son « écoulement » et par réciproque la « taille » de l’espace local.

La variation des « durées » temporelles permet les changements de densité.

Dans le chapitre 1, je vous ai expliqué les rapports entre l’espace et le temps, également « l’allongement » du temps dans des densités supérieures par rapport au temps physique de Gaïa.

J’espère que vous arriverez à suivre, même si vous n’avez pas de base scientifique et mathématique, surtout en physique quantique. (Je vais minimiser au maximum les formules).

__________

Les univers parallèles ou lignes de temps, ne sont rien d’autre qu’un défilement de temps différent, car le temps est tridimensionnel ! L’espace a trois dimensions : longueur, largeur et hauteur. Ce qui est moins connu est que le temps aussi : Le sens, la densité et le présent.

Le sens : ce que tout le monde conçoit, la trajectoire passé vers futur…

La densité : Un écoulement du temps qui influence l’état de la matière, et dont la perception dilate ou contracte l’unité de temps admise par convention… (Densités d’existence). La matière est une extension de l’espace ; lequel est rempli d’énergie qui en perdant une infime partie, se condense en matière (densité).

Le présent : Contrairement à l’idée que vous vous en faites, le présent ne va pas de soi car, à chaque instant, le temps que vous comptiez en nanosecondes ou pas, devient passé proche après avoir été futur immédiat. Le présent est hors du temps classique, il est en relation avec le sens et la densité de temps sans avoir la même dimension. Le présent est intangible, incréé et ne dépend ni du passé ni du futur ! Je vais essayer de vous expliquer avec le dessin ci-dessous que j’ai fait pour vous.

le-temps

Sur ce dessin que je vous demanderai de bien analyser, je vais commenter les points importants :

  • Le point rouge au centre : Il désigne le présent, maintenant éternel.
  • L’arbre des lignes temporelles (au centre en noir) : Vous remarquerez l’arbre des probabilités temporelles est composé de lignes ou branches de plus en plus grosses au fur et à mesure que les lignes temporelles probables « montent » en densité en se rapprochant du présent et prennent une « consistance » « réelle ». Vous noterez en passant que certaines lignes de temps se coupent. (des potentiels d’évènements qui s’assemblent).
  • La flèche blanche (de gauche à droite) en bas : désigne la flèche temporelle couramment désignée sur Gaïa ; du passé vers le futur…
  • Les flèches bleues à droite : Elles décrivent les probabilités futures des différentes lignes temporelles non manifestées des informations qui pourront se manifester éventuellement dans votre présent. Pour le futur et le lointain, vous n’en avez pas la connaissance, pour le futur proche et très proche vous pouvez en avoir le pressentiment ou la « voyance ».
  • Les flèches brunes à gauche : Elles décrivent les probabilités passées des différentes lignes temporelles qui peuvent se déformer ou se mélanger, incluant des « confusions » dans l’histoire. Pour le passé lointain, vous l’avez oublié, il a été modifié.

Il vous appartient de méditer sur ce dessin ; je vous ai mis sur la voie.

Les fréquences : (Fonction du temps)

Données incontournables de base, que vous pourrez vérifier par vous-même :

Les trous noirs, qu’ils soient galactiques, stellaires ou protoniques, sont des « compresseurs » de données/informations de tout l’univers, qui est onde/énergie, donc information. (Analogie informatique avec des fichiers compressés).

Votre corps est composé de 100 000 milliards de cellules qui changent à chaque instant. Chacune de ces cellules est composée de 100 000 milliards d’atomes. Chaque atome est composé, entre-autre, de protons. Chaque proton recèle en son centre un trou noir, siège de l’information compressée. Chaque proton communique avec tous les autres protons de l’univers, c’est pourquoi tout est lié. (Tout est UN et UN est tout)

Les quelques formules ci-dessous, obligatoires pour comprendre :

Avec : h=constante de Planck,  lp=longueur de Planck, donnée en général par    1,616252 × 10 -35, mais en réalité étant = à 1,618… × 10-34. (Seuil d’entrée en « mode » trou noir).

λ=lambda= longueur d’onde, f=fréquence, t=temps en secondes, v=vitesse en m/s, m=distance en mètres, s=seconde dans ce référentiel, c=vitesse de la lumière dans le vide, donnée dans ce référentiel pour 299 792 458 m/s. (t étant variable, c l’est aussi ; une vitesse étant une distance parcourue en un certain temps).

La fréquence f est égale à 1/t = c/λ. La longueur d’onde λ est égale à c/f.

La plus grande longueur d’onde λ que vous puissiez envisager/imaginer est la longueur de l’univers ! De ce fait, la fréquence en résultant est très, très basse ; elle correspond à la totalité des 7 grands cycles de Gaïa, que je vous ai indiqué dans un précédent article, soit une vibration tous les 181 440 ans ! (Actuellement nous en sommes vers la fin du 3ème).

Inversement, la plus petite longueur d’onde correspond à la longueur de Planck lp et présume de fréquence hyper élevée, donc de l’énergie énorme, représentant toute l’énergie contenue dans cet univers.

Passons à l’analyse du dessin suivant :

(Rappel : une fréquence et un nombre d’oscillations par seconde, mouvement répétitif, plus ou moins constant, entre le plus et le moins).

le-temps2

La deuxième ligne de l’onde de référence (celle du cœur de Gaïa actuellement) montre 8 oscillations par secondes (temps de référence terrienne en D3 physique). Soit une fréquence de 8 Hz.

La première ligne, toujours dans le même référentiel temps de la terre, indique une augmentation réelle de fréquence de référence. Elle est passée de 8 Hz à 14 Hz. De ce fait, son énergie a augmenté et est perceptible en 3D physique.

Maintenant, imaginez que vous changiez de densité (peu importe laquelle) vers le « haut » évolution. Le temps dans ce nouveau référentiel « s’écoule plus lentement », dans l’exemple, une seconde sur terre en physique, correspond à ½ seconde dans ce référentiel ou densité. (Dernières lignes)

De ce fait, vu du référentiel temporel terre physique, il semblerait que la fréquence de l’entité dans cette autre dimension a doublé et est passée de 8 à 16 Hz ; ceci n’est qu’une apparence due au changement de référentiel « distorsion » donc de vitesse d’écoulement du temps. En réalité pour l’entité qui a changé « d’étage » la fréquence est toujours de 8 Hz ! Elle a très peu changé, c’est l’écoulement du temps qui a changé.

Par cet effet de distorsion, quand on « monte » dans des densités supérieures, les écarts d’écoulements temporels sont plus importants et génèrent des apparences de fréquences trompeuses. Ceci est flagrant, par exemple,  pour la durée ¼ de seconde par rapport à la seconde terrestre 3D : 32 Hz contre 8 en réalité pour l’entité de cet « étage » d’évolution. A  1/8ème  semble 64 Hz, et ainsi de suite….

En conclusion, en évoluant et augmentant vos fréquences vibratoires personnelles, vous ne risquez pas de vous « transformer » en ondes UV, X, gamma ou cosmiques et plus. Votre fréquence personnelle se modifie très peu en fonction des cycles habituels.

Bien à vous.

Gérard Blannder.

Publicités