Principe de UN le voile de l’oubli

Q Je me demandais si certains des Missionnés de Ra, en se rendant vers certaines des autres galaxies majeures, c’est-à-dire en quittant ce système de quelque 200 milliards d’étoiles de forme lenticulaire et en allant vers un autre amas de milliards d’étoiles, et en trouvant leur chemin vers une localisation planétaire là, trouveraient la polarité duelle que nous avons ici: les polarités du service de soi et du service d’autrui?

R C’est exact.

Q Vous avez dit que vers le centre de cette galaxie il y a, pour utiliser un terme médiocre, ce que vous appelez la portion la plus ancienne, où il n’y a pas de polarisation ‘service de soi’. Ai-je raison de supposer que cela est vrai pour les autres galaxies dont des Missionnés de Ra ont l’expérience? Au centre de ces galaxies, seule existe la polarité ‘service d’autrui’ et cette expérience a débuté plus vers l’extérieur, vers le bord de la galaxie?

R Divers Logoï et sub-Logoï ont suivi diverses méthodes pour arriver à la découverte de l’efficacité du libre arbitre en intensifiant l’expérience du Créateur par le Créateur. Cependant, dans chaque cas cela a été un modèle.

Q Vous voulez dire que ce modèle c’est que la polarisation ‘service de soi’ est apparue loin du centre de la spirale galactique?

R C’est exact.

Q De cela je conclus que dès le début de l’octave il y a eu la formation du cœur de nombreuses spirales galactiques, et je sais que ceci est inexact dans le sens de l’intemporalité, mais à mesure que la spirale s’est formée je suppose que dans cette octave particulière d’expérience de la mise en place du voile et de l’attribution du libre arbitre cela doit avoir commencé plus ou moins simultanément dans de très, très nombreux systèmes galactiques en formation ou en construction. Y a-t-il quelque chose de correct dans ces suppositions?

R Cela est précisément exact.

Q Je voudrais questionner à propos de l’expérience en troisième densité des entités juste avant l’extension originelle de la première distorsion au sub-Logoï, destinée à créer la séparation des polarités. Pouvez-vous décrire de manière générale les différences entre l’expérience de troisième densité de ces mentaux/corps/esprits et celle des entités qui ont évolué maintenant sur cette planète?

R Cette matière a été couverte précédemment. Veuillez questionner pour un intérêt spécifique.

Q Spécifiquement, dans l’expérience où seule a évolué la polarité du service d’autrui en troisième densité, est-ce que le voile a été tiré par rapport à la connaissance des incarnations antérieures, etc. pour ces entités-là en fait?

R Non.

Q Est-ce que le processus de réincarnation a été comme celui dont nous faisons l’expérience ici, dans lequel les entités entrent dans et sortent d’un corps de troisième densité de nombreuses fois pendant le cycle?

R C’est exact.

Q Est-il possible de donner un temps d’incarnation par rapport à nos années, et voulez-vous bien le faire si c’est le cas?

R La période optimale d’incarnation approche d’une mesure que vous appelez ‘un millénaire’. Ceci est une constante, pourrait-on dire, indépendamment d’autres facteurs de l’expérience de troisième densité.

Q Ainsi donc, avant la première attribution de la première distorsion le voile ou perte de la conscience ne s’est pas produit. De cela je présume que ce voile ou perte du souvenir conscient de ce qui s’est produit avant l’incarnation a été le premier outil d’attribution de la première distorsion. Est-ce exact?

R Votre exactitude est limitée. Cela a été le premier outil.

Q Alors de ce que vous dites je conclus que le Logos a d’abord conçu un outil permettant de séparer l’inconscient du conscient au cours de ce que nous appelons des incarnations physiques, pour atteindre son objectif. Est-ce exact?

R Oui.

Q Alors de cette déclaration je conclus également que de nombreux autres outils ont été conçus et utilisés après le premier outil, c’est-à-dire cette sorte de voile. Est-ce exact?

R Il y a eu des affinements.

Q Spécifiquement, j’essaie de comprendre le processus d’expérience en troisième densité d’avant le voile afin de mieux comprendre le processus actuel. Comme je comprends les choses, les mentaux/corps/esprits suivaient le processus que nous appelons l’incarnation physique dans cette densité, mais il n’y avait pas d’oubli. Quel était l’avantage ou l’objectif de l’incarnation physique quand il n’y avait pas d’oubli?

R Le but de l’incarnation en troisième densité c’est d’apprendre les voies de l’amour.

Q Je crois que je ne me suis pas bien exprimé. Ce que je veux dire c’est que, puisqu’il n’y avait pas d’oubli, puisque les mentaux/corps/esprits avaient, dans ce que nous appelons l’incarnation physique, leur pleine conscience, ils savaient les mêmes choses qu’ils savaient quand ils n’étaient pas en incarnation. Quel était le mécanisme d’instruction qui enseignait les voies de l’amour dans le physique de troisième densité avant qu’il y ait le processus d’oubli?

R Nous vous demandons la permission de répondre à cette question de manière oblique, car nous percevons un domaine dans lequel nous pourrions apporter de l’aide.

Vos questions paraissent impliquer la possibilité/probabilité que les mécanismes d’expérience en troisième densité sont différents quand c’est un mental/corps/esprit qui en fait l’expérience, ou quand il s’agit d’un complexe mental/corps/esprit.

La nature de la troisième densité est constante. Ses voies doivent être apprises de la même manière maintenant et toujours. Ainsi donc, peu importe la forme de l’entité qui se trouve devant ces leçons: les leçons et mécanismes sont toujours les mêmes. Le

Créateur apprend à partir de Lui-même. Chaque entité a des portions non manifestes d’apprentissage et, très important: d’apprentissage qui implique d’autres ‘soi’.

Q Ainsi donc, avant le processus de l’oubli il n’y avait pas d’autre concept que la polarisation du service d’autrui.

Quelles sortes de sociétés et d’expériences de troisième densité ont-elles été créées et ont-elles évolué dans ces conditions?

R Selon notre perception, ces conditions ont créé une situation de nexus expérientiel extrêmement peu coloré, dans lequel les leçons étaient engrangées à la vitesse relative de la tortue par rapport à celle du guépard.

Q Nous avons présentement une activité entre les incarnations physiques, qui est appelée guérison et examen de l’incarnation. Est-ce qu’aucune chose de cette nature se passait avant qu’il y ait le voile?

R La structure embryonnaire de ce processus a toujours été en place mais, là où il n’y a pas eu de mal il n’y a pas besoin de soins. Ceci aussi peut être vu comme ayant été un sujet de préoccupation des Logoï qui avaient bien conscience que sans la nécessité de comprendre, la compréhension serait à jamais laissée de côté. Nous vous demandons de pardonner l’utilisation de ce terme impropre, mais votre langage est très pauvre en complexes vibratoires sonores pour exprimer ce concept général.

Q Je ne saisis pas très bien la condition de l’incarnation et le temps entre les incarnations avant qu’il y ait le voile.

Je ne comprends pas quelle était la différence, à part la manifestation du corps de rayon jaune de troisième densité. Est-ce qu’il y avait une différence mentale en ce qui concerne ce que nous appelons ‘la mort’? Je ne vois pas la nécessité de ce que nous appelons l’examen de l’incarnation si la conscience n’était pas interrompue. Pourriez-vous éclaircir ce point pour moi?

R Aucune portion du Créateur ne vérifie le parcours, pour utiliser vos termes expérientiels. Le dessein est que chaque incarnation soit un parcours permettant au Créateur de Se connaître Lui-même. Chaque examen ou, pour poursuivre la métaphore, chaque épreuve, fait partie intégrante du processus du Créateur en train de prendre connaissance de Lui-même.

Chaque incarnation se termine par une épreuve de ce type. Il en est ainsi afin que cette portion du Créateur puisse assimiler les expériences faites dans la troisième densité jaune, physique, puisse évaluer les inclinations acquises, et puisse ensuite choisir, par le moyen d’aide fournie soit automatiquement soit par le ‘soi’, les conditions de l’incarnation suivante.

Q Avant le voile, pendant le passage en revue de l’incarnation, est-ce que les entités de cette époque avaient conscience que ce qu’elles tentaient de faire c’était de se polariser suffisamment pour pouvoir passer à la densité suivante?

R C’est exact.

Q Je suppose dès lors que cette prise de conscience était plutôt réduite quand elles passaient dans l’état incarné de rayon jaune en troisième densité, même s’il n’y avait pas de voile. Est-ce exact?

R Cela est nettement inexact.

Q Bon. Voici le point central important. Il me semble que si la polarisation était la chose évidente, alors davantage d’efforts auraient dû être mobilisés pour se polariser. Voyons si je peux exprimer cela autrement. Avant le voile il y avait une prise de conscience de la nécessité d’une polarisation vers le service d’autrui en troisième densité, par toutes les entités, qu’elles soient incarnées en troisième densité des corps de rayon jaune, ou bien entre deux incarnations. Je présume, dès lors, que l’état dont nous avons parlé précédemment, celui d’être riche dirons-nous, était présent dans le spectre entier de l’expérience, que ce soit entre deux incarnations ou pendant les incarnations, et les entités étaient tout simplement incapables de manifester le désir de créer cette polarisation nécessaire au passage de densité. Est-ce exact?

R Vous commencez à saisir la situation. Poursuivons la métaphore de la scolarité, mais considérez que l’étudiant est une entité dans les plus jeunes années de votre processus d’écolage. L’entité est nourrie, vêtue et protégée, que les devoirs scolaires soient faits ou non. Dès lors l’entité ne fait pas ses devoirs à la maison mais préfère jouer, manger et se prélasser. La plupart des entités ne s’efforceront pas d’exceller, aussi longtemps qu’il n’y aura pas de raison pour souhaiter de s’efforcer d’exceller.

Q Vous avez dit, au cours d’une séance bien antérieure, qu’il est nécessaire de se polariser à plus de 59% vers le service d’autrui pour être moissonnable pour la quatrième densité positive. Est-ce que cette condition était telle à l’époque d’avant le voile?

R Il n’est pas facile de répondre à cette question car le concept du service de soi n’était pas en vigueur avant ce que nous avons appelé le processus de mise en place du voile. La nécessité de la réussite du passage en quatrième densité est une aptitude à utiliser, accueillir, et apprécier une certaine intensité de la lumière blanche du Créateur infini unique. Dans vos propres termes, à votre nexus d’espace/temps, cette aptitude peut être mesurée par les pourcentages de service que vous avez cités antérieurement.

Avant le processus de mise en place du voile, la mesure était comme celle d’une entité montant une volée de vos escaliers, chacune d’elles imprégnée d’une certaine qualité de lumière. La marche sur laquelle l’entité s’arrêtait était soit en lumière de troisième densité, soit en lumière de quatrième densité. Entre les deux volées il y a un palier. Franchir ce palier est difficile. Il y a une résistance au bord, dirons-nous, de chaque densité. La faculté de la foi ou de la volonté doit être comprise, nourrie et développée, afin que l’entité cherche au-delà de la limite de la troisième densité. Les entités qui ne font pas leurs devoirs, même si elles sont des plus aimables, ne passeront pas. C’est cette situation qui se présentait aux Logoï avant que le processus de mise en place du voile ne soit introduit dans le continuum expérientiel de la troisième densité.

Q Je vais m’exprimer et vous pouvez me corriger.

Comme je vois la nature de l’action de la maladie avant le voile, il me semble que le Logos avait décidé d’un programme où le

mental/corps/esprit individuel continuerait à croître en mental, et où le corps serait un analogue de troisième densité de ce mental.

La croissance devait être continue à moins qu’il n’y ait, pour une raison quelconque, une incapacité du mental à continuer à suivre les modèles de croissance. Si cette croissance décélérait ou s’arrêtait, alors ce que nous appelons une maladie agissait de façon à mettre ensuite fin à cette expérience physique, afin qu’une nouvelle expérience physique puisse commencer, après qu’un examen du processus dans son entier ait eu lieu entre deux incarnations. Voulez-vous éclaircir mes pensées à ce sujet s’il vous plaît?

R Ce que vous pensez à ce sujet est suffisamment clair.

Q Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi, s’il n’y avait pas de voile, l’examen de l’incarnation après cette incarnation pouvait être utile au processus puisqu’il me semble que l’entité devait déjà avoir conscience de ce qui se passait. Est-ce que cela aurait à voir avec la nature de l’espace/temps et du temps/espace? Pouvez-vous éclaircir cela s’il vous plaît?

R Il est vrai que la nature du temps/espace est telle qu’une vie peut sembler aussi complète qu’un livre ou une archive, les pages pouvant être étudiées, tournée, et relues. Cependant, la valeur de l’analyse est celle de l’examen par rapport à l’étude. Lors de l’examen, quand le test est authentique, les distillats de toute l’étude sont mis en évidence.

Pendant le processus de l’étude, que vous pouvez appeler l’incarnation, indépendamment du fait que l’entité ait conscience ou non du processus qui se déroule, la matière est diffuse et trop d’attention est presque inévitablement dirigée sur le détail.

La mise à l’épreuve qui a lieu lors de la cessation de l’état d’incarnation n’est pas un examen qui implique la mémorisation correcte de nombreux détails. Cet examen est plutôt l’observation du ‘soi’ par le ‘soi’, souvent avec de l’aide, comme nous l’avons dit. Pendant cette observation l’on voit la somme de toute l’étude, en détail, et cela c’est une attitude ou un complexe d’attitudes qui affecte la conscience du mental/corps/esprit.

Q Avant le voile, une entité avait conscience qu’elle faisait l’expérience d’une maladie. A titre d’analogie, pourriez-vous me donner, si vous avez connaissance d’un cas, une maladie dont une entité aurait pu faire l’expérience avant le voile et comment elle y aurait réagi et pensé, et quel effet cela aurait eu sur elle?

R Pour autant que l’univers soit composé d’une infinité d’entités, il y a aussi une infinité de réponses aux stimuli. Si vous voulez observer vos peuples, vous découvrirez une grande variété de réponses à une même distorsion vers la maladie. Par conséquent, nous ne pouvons pas répondre à votre question en ayant un espoir d’énoncer des choses vraies, puisque les sur généralisations exigées sont trop vastes.

Q Est-ce qu’il y avait une certaine uniformité ou des fonctions semblables de sociétés ou organisations sociétales avant le voile?

R La troisième densité est, dans ses fibres, une densité sociétale. Il y a des sociétés où des entités sont conscientes du ‘soi’ et conscientes d’autres ‘soi’, et possèdent une intelligence adéquate pour traiter les informations indiquant les avantages d’une mise en commun des énergies. Les structures des sociétés avant et après le voile, ont été diverses. Cependant, les sociétés d’avant le voile ne dépendaient absolument pas de la soumission de certains au bénéfice d’autres, cela n’étant pas vu comme une possibilité quand tous sont vus comme un seul. Il y avait cependant la quantité requise d’inharmonie pour produire des expériences diverses dans ce que vous pouvez appeler des structures gouvernementales ou sociétales.

Q Dans notre présente illusion nous avons indubitablement perdu de vue les techniques de d’asservissement utilisées, puisque nous sommes tellement loin de l’expérience pré-voile. Je suis sûr que bon nombre de ceux qui sont d’orientation ‘service d’autrui’ ont recours à des techniques de soumission, même s’ils n’ont pas conscience que ce sont des techniques de soumission, simplement parce qu’elles se sont mises en place sur une période très longue et que nous sommes plongés si profondément dans l’illusion. Est-ce que ce n’est pas exact?

R oui

Q Alors pour une entité orientée vers le service d’autrui à cette époque-ci, la méditation sur la nature de ces formes plutôt inattendues d’asservissement pourrait être productive de polarisation, je pense. Ai-je raison?

R Vous avez tout à fait raison.

Q Je dirais qu’un pourcentage très élevé des lois et restrictions dans ce que nous appelons notre système légal, sont de la nature d’asservissement dont nous venons de parler. Etes-vous d’accord avec cela?

R C’est un équilibre nécessaire à l’intention de la loi (qui est de protéger), que le résultat englobe une distorsion égale vers l’emprisonnement. C’est pourquoi, nous pouvons dire que votre supposition est correcte. Ceci n’est pas pour dénigrer ceux qui, dans les énergies des rayons vert et bleu, ont cherché à libérer un peuple pacifique des liens du chaos, mais seulement pour mettre le doigt sur les conséquences inévitables de la codification de la réaction, qui ne reconnaît pas l’unicité de toutes les situations au sein de votre expérience.

Q Est-ce que le voile est supposé être ce que j’appellerais semi-perméable?

R Le voile est en effet comme cela.

Q Quelles sont les techniques et méthodes de pénétration du voile qui ont été planifiées, et y en a-t-il eu d’autres que celles qui étaient planifiées, qui se sont produites?

R Aucune n’a été planifiée pour la première grande expérience. Comme pour toute expérimentation, celle-ci a reposé sur la nudité de l’hypothèse. Le résultat était inconnu. Il a été découvert, expérientiellement et empiriquement, qu’il y avait autant de moyens de pénétrer le voile que l’imagination des complexes mental/corps/esprit pouvait en fournir. Le désir des complexes

mental/corps/esprit de connaître ce qui était inconnu a attiré vers eux le fait de rêver et l’ouverture graduelle au chercheur, de tous les mécanismes d’équilibrage menant à l’adeptat et à la communication avec des instructeurs/élèves qui pouvaient percer ce voile.

Il a été découvert que diverses activités non manifestées du ‘soi’ étaient productives, à un certain degré, d’une pénétration du voile. De manière générale, nous pouvons dire que les opportunités de loin les plus vivaces et même extravagantes permettant de percer le voile, résultent de l’interaction d’entités polarisées.

Q Pourriez-vous détailler un peu ce que vous entendez par ‘l’interaction d’entités polarisées’ pour percer le voile?

R Nous allons énoncer deux points à noter. Le premier est l’extrême potentiel de polarisation dans la relation de deux entités polarisées qui se sont embarquées dans la voie du service d’autrui ou bien, dans certains cas, dans la voie du service de soi. Deuxièmement, nous voudrions signaler l’effet que nous avons appris à appeler ‘l’effet de redoublement’. Ceux d’un mental semblable qui cherchent ensemble trouvent, et de beaucoup, plus sûrement.

Q Spécifiquement, par quel processus est-ce que, dans le premier cas, deux entités polarisées chercheraient à pénétrer le voile, qu’elles soient polarisées positivement ou négativement? Par quelle technique pourraient-elles pénétrer le voile?

R On peut voir que la pénétration du voile commence à avoir des racines dans la gestation de l’activité de rayon vert, cet amour tout-compatissant qui ne demande rien en retour. Si cette voie est suivie, les centres supérieurs d’énergie sont activés et cristallisés jusqu’à ce que l’adepte soit né. A l’intérieur de l’adepte se trouve le potentiel de défaire le voile dans une mesure plus ou moins grande, pour que tout puisse être vu à nouveau comme faisant un. L’autre ‘soi’ est le catalyseur primaire dans cette voie particulière de percement du voile, si vous voulez l’appeler comme cela.

Q Quel a été le mécanisme du tout premier processus de mise en place du voile? Je ne sais pas si vous pouvez répondre à cela. Voulez-vous tenter de répondre à cela?

R Le mécanisme de mise en place du voile entre les parties conscientes et inconscientes du mental a été une déclaration que le mental était complexe. Cela a ensuite fait en sorte que le corps et l’esprit sont devenus complexes.

Q Voulez-vous me donner un exemple d’une activité complexe du corps que nous avons actuellement et comment elle n’était pas complexe avant le voile?

R Avant la grande expérience, un mental/corps/esprit était capable de contrôler la pression sanguine dans les veines, les battements de l’organe que vous nommez ‘cœur’, l’intensité de la sensation connue de vous comme étant la souffrance, et toutes les fonctions comprises maintenant comme étant involontaires ou inconscientes.

Q Quand la mise en place du voile a eu lieu, à l’origine, il semble que le Logos ait eu une liste des fonctions qui allaient devenir inconscientes et de celles qui resteraient consciemment contrôlées. Je présume que si cela s’est produit il y a eu une bonne raison à ces divisions. Ai-je raison dans une certaine mesure?

R Non. Il y a eu de nombreuses expériences par lesquelles différentes fonctions ou distorsions du complexe corps ont été voilées et d’autres non. Un grand nombre de ces expériences ont eu pour résultat des complexes corps non viables, ou bien marginalement viables seulement. Par exemple, ce n’est pas un mécanisme orienté vers la survie celui où les récepteurs nerveux effacent inconsciemment toutes les distorsions vers la douleur.

Q Je voudrais poursuivre cela pour découvrir quelles fonctions spécifiques du mental ont été les plus efficaces et quels ont été les trois ou quatre changements les plus radicaux apportés pour créer la polarisation.

R Ceci est une demande intéressante. Le premier voile a été d’une importance telle qu’il peut être vu comme analogue au recouvrement de tous les joyaux de la Terre au moyen de la croûte terrestre, alors qu’auparavant toutes les facettes du

Créateur étaient consciemment connues. Après le voile, quasiment aucune des facettes du Créateur n’a plus été connue du mental.

Presque toutes ont été dissimulées sous le voile.

Si l’on devait essayer d’énumérer ces fonctions les plus significatives du mental dans leur aide à la polarisation, on devrait commencer par la faculté de visualiser, imaginer, ou prévoir. Sans le voile, le mental n’était pas piégé dans votre temps illusoire.

Avec le voile l’espace/temps est la seule possibilité manifeste d’expérience.

Également sur la liste des fonctions significativement voilées du mental se trouve celle de rêver. Le fait de rêver contient une grande partie de ce qui, si mis à disposition du mental et utilisé par celui-ci, aide grandement à la polarisation.

La troisième fonction du mental, importante et dissimulée par le voile, est celle de la connaissance du corps. La connaissance et le contrôle du corps ayant été perdus en grande partie lors du processus de mise en place du voile, sont donc perdus pour l’expérience de celui qui cherche. Sa connaissance d’avant le voile est de peu d’utilité. Sa connaissance d’après le voile et ce qui est à présent une dense illusion de séparation du complexe corps du complexe mental, est très significative.

Peut-être que la fonction la plus importante et significative qui soit survenue à cause de la dissimulation du mental à lui-même n’est pas en elle-même une fonction du mental, mais plutôt un produit du potentiel créé par ce voile. C’est la faculté de la volonté ou du pur désir.

Q Au cours de la séance passée vous avez mentionné les propriétés qui sont apparues à la suite de la mise en place du voile devant le mental, la première étant la prédiction ou clairvoyance. Voulez-vous expliquer la signification de cela?

R Votre langage n’est pas énormément parsemé de termes non-émotionnels pour les qualités de ce qui est à présent appelé ‘mental inconscient’. La nature du mental est quelque chose que nous vous avons demandé de méditer. Cependant il est assez clair pour l’observateur occasionnel, dirons-nous, que nous pouvons partager avec vous certaines pensées sans empiéter sur vos libres expériences d’apprentissage/enseignement.

La nature de l’inconscient est de la nature du concept plutôt que du mot. Par conséquent, avant le voile l’usage du mental le plus profond était celui du concept tacite. Vous pouvez considérer les aspects des émotions et du sens d’une mélodie. L’on pourrait assigner, de manière stylisée, des mots aux notes de cette mélodie. On pourrait dire: quart de note ‘la’, quart de note ‘la’, quart de note ‘la’, note complète ‘fa’. Ceci ressemble peu au début d’une mélodie des plus connues d’un de vos compositeurs, celle qui vous est connue comme un symbole de victoire.

Voilà la nature du mental profond. Il n’existe que des méthodes stylisées permettant de discuter de ses fonctions. Ainsi, nos descriptions de cette partie du mental, ainsi que les mêmes portions du corps et de l’esprit, ont été des termes donnés, tel que celui de ‘clairvoyance’, qui indiquent que la nature de la pénétration de la partie voilée du mental peut être comparée à un voyage trop riche et exotique pour pouvoir en envisager une description adéquate.

Q Vous avez dit que le rêve, quand il est rendu accessible au mental conscient, aide grandement à la polarisation.

Pourriez-vous définir le rêve ou bien nous dire ce que c’est et comment il aide à la polarisation?

R Rêver est une activité de communication au travers du voile, entre mental inconscient et mental conscient. La nature de cette activité dépend totalement de la situation concernant les blocages des centres énergétiques, les activations et les cristallisations, chez un complexe mental/corps/esprit donné.

Chez quelqu’un qui est bloqué dans deux des trois centres énergétiques inférieurs, le rêve aide au processus de polarisation, en ce sens qu’il y a une répétition de portions de catalyseurs récents ainsi que des blocages plus profonds, ce qui donne au mental qui s’éveille des indices sur la nature de ces blocages et des allusions à de possibles changements de perception qui peuvent mener à un déblocage.

Ce type de rêve ou de communication au travers des parties voilées du mental se produit aussi chez les complexes

mental/corps/esprit qui fonctionnent avec beaucoup moins de blocages et bénéficient de l’activation du rayon vert, ou activation supérieure, aux moments où le complexe mental/corps/esprit fait l’expérience de catalyseurs rebloquant, ou gênant ou distordant momentanément d’une manière autre le cours de l’influx d’énergie. C’est pourquoi, dans tous les cas il est utile pour un complexe

mental/corps/esprit de méditer sur le contenu et la résonance émotionnelle des rêves.

Pour ceux dont les centres énergétiques de rayon vert ont été activés ainsi que pour ceux dont les centres énergétiques de rayon vert reçoivent un déblocage inhabituel dû à un catalyseur extrême tel que celui qui est appelé ‘la mort physique’ du soi ou de celle d’un être cher devant se produire dans ce que vous pouvez appeler ‘un avenir proche’, le rêve assume une autre activité. C’est ce qui peut approximativement être nommé ‘la précognition’, ou connaissance précédant ce qui va se produire en manifestation physique dans l’espace/temps de troisième densité de votre rayon jaune. Cette propriété du mental dépend en grande partie de sa situation dans le temps/espace, de sorte que les mots: ‘présent’, ‘futur’, et ‘passé’, ne signifient rien. Cela permettra à l’entité, à condition que le complexe mental/corps/esprit en fasse un usage judicieux, de pénétrer plus loin dans l’amour plein de compassion de chaque circonstance, y compris des circonstances dans lesquelles une entité peut avoir une forte distorsion vers ce que vous pouvez appeler le chagrin.

Quand un complexe mental/corps/esprit choisit consciemment la voie de l’adepte et qu’avec chaque énergie équilibrée de manière minimale il commence à ouvrir le centre énergétique de rayon indigo, le rêve devient l’outil le plus efficace pour la polarisation car, si l’adepte sait que le travail peut être accompli dans la conscience pendant que se repose le mental conscient, cet adepte peut faire appel à ceux qui le guident, aux présences qui l’entourent et, surtout, à la personnalité magique qui est l’analogue du ‘soi’ supérieur dans l’espace/temps alors qu’il passe dans le ‘mode sommeil’ de la conscience. Quand il est porté attention à ces affirmations, l’activité du rêve atteint le potentiel d’apprentissage/enseignement qui peut le mieux contribuer à augmenter les distorsions de l’adepte vers la polarité qu’il a choisie.

Il y a d’autres possibilités du rêve, qui ne sont pas aussi étroitement alignées sur l’augmentation de polarité, et que nous ne couvrons pas à cet espace/temps particulier.

Q Est-ce que d’autres aspects de la perte des connaissances ou du contrôle du corps ont approché à un quelconque degré d’efficacité la description que vous venez de donner?

R Chaque fonction du complexe corps a, depuis la mise en place du voile, un certain potentiel de production d’un catalyseur efficient. Nous avons choisi l’exemple du transfert d’énergie sexuelle à cause de la situation centrale dans les capacités fonctionnelles du complexe corps rendues plus utiles par le moyen du processus de mise en place du voile.

Cet instrument perd de l’énergie. Nous préférerions garder une portion maximale de l’énergie de réserve pour laquelle cet instrument a donné sa permission. Nous voudrions dès lors demander encore une question complète pour cette séance de travail.

Q Je présume que le placement d’un voile sur l’aspect sexuel a été d’un grande efficacité car c’est un aspect qui concerne totalement la relation avec un autre ‘soi’. Il me semble que les voiles concernant le corps et qui ont trait à l’interaction avec autrui doivent être plus efficients quand on les compare à ceux qui ne concernent que le ‘soi’, qui doivent être d’une efficacité moindre à produire une polarisation, qu’elle soit positive ou négative. Ai-je raison de faire cette supposition?

R Vous avez raison dans une grande mesure. Peut-être que l’exception la plus notable est l’attitude de quelqu’un qui est déjà polarisé fortement négativement vers l’apparence du complexe corps. Il y a des entités, sur la voie négative, qui prennent grand soin de préserver la distorsion que vos peuples perçoivent comme beauté/laideur. Cette beauté de la forme est, bien sûr, utilisée pour manipuler autrui.

Q Désolé que mon manque de clarté sur cette question me l’ait fait poser de manière incorrecte. Il y a un point philosophique d’une importance capitale que j’essaie d’éclaircir ici. Il a trait au fait que ceux de quatrième densité négative paraissent avoir conscience de la première distorsion. Ils sont dans un état de non-voile et semblent utiliser cette connaissance de la première distorsion pour maintenir la situation dans laquelle ils maintiennent les contacts avec cette planète. J’essaie d’extraire leur capacité à comprendre le mécanisme de la première distorsion et les conséquences du processus de mise en place du voile, alors qu’ils restent dans une configuration mentale de séparation sur la voie négative. J’espère que j’ai été clair ici. Il m’a été très difficile de poser cette question.

R La réponse ne satisfera peut-être pas encore celui qui a posé la question. Nous demandons que vous continuiez jusqu’à ce que vous soyez satisfait. L’entité de quatrième densité négative rend le choix accessible à tous lors de la moisson de troisième densité. Elle a connaissance de toute la gamme des méthodes possibles pour voir l’univers du Créateur unique, et est convaincue que l’ignorance et la non-utilisation du centre énergétique de rayon vert est la méthode la plus efficace pour produire de la moissonnabilité de quatrième densité. Ses actions parmi ceux de troisième densité qui n’ont pas encore fait ce choix sont destinées à offrir à chacun l’opportunité de prendre en compte la polarité du service de soi, avec ses attraits possibles.

Q Merci. Nous avons remarqué une possibilité de confusion entre les termes ‘mental/corps/esprit’ et ‘complexe

mental/corps/esprit’ lors de la séance précédente. Est-ce ces termes ont été employés à mauvais escient dans quelques cas, en prenant l’un pour l’autre?

R Il y a eu une erreur dans la transmission. L’utilisation des termes ‘mental/corps/esprit’ doit désigner les entités qui demeuraient en troisième densité avant le processus de mise en place du voile, et ‘complexe mental/corps/esprit’ désigne les entités demeurant en troisième densité après le processus de mise en place du voile. Nous avons également découvert que nous n’avons pas indiqué le mot ‘complexe’ en parlant du corps après le voile. Veuillez corriger ces erreurs, s’il vous plaît. Nous demandons également que vous exerciez votre vigilance concernant les erreurs de transmission, et ne manquez pas de poser des questions, étant donné qu’il est de notre intention de fournir une série aussi peu distordue que possible de complexes vibratoires sonores.

Cette entité, bien que de loin mieux soulagée en ce qui concerne les distorsions vers les crises de douleur quand elle est préparée par les complexes vibratoires sonores que vous appelez ‘prières’, est toujours susceptible de fluctuer, étant donné ses distorsions pré-incarnation du complexe corps et la dynamisation de celles-ci par des entités de polarité négative.

Q Je voudrais faire une analogie avec la naissance d’un bébé. Je présume que la Matrice du Mental est neuve, inaltérée, et isolée par un voile du Potentialisateur du Mental, et prête pour ce qu’elle doit expérimenter au cours de son incarnation. Est-ce exact ?

R Oui.

Q Pour revenir alors à mon analogie ou exemple de l’enfant nouvellement né et à sa Matrice du Mental non altérée, le mental subconscient de ce nouveau-né est séparé par un voile de la Matrice du Mental. Le deuxième archétype: le

Potentialisateur du Mental, va agir à un certain moment au travers du voile, (bien que j’hésite à dire “au travers du voile” étant donné que je ne pense pas que ce soit une bonne manière de m’exprimer) mais le Potentialisateur du Mental va agir pour créer une condition comme dans l’exemple que j’ai donné, de l’enfant qui touche un objet brûlant. Nous pouvons voir l’objet brûlant comme un catalyseur aléatoire. Le petit enfant peut soit laisser sa main sur l’objet brûlant, soit la retirer promptement. Ma question est: est-ce que le Potentialisateur du Mental est impliqué d’une quelconque manière dans cette expérience et si oui, comment?

R Les Potentialisateurs du Mental et du Corps sont tous deux en œuvre chez le petit enfant en quête de nouvelles expériences. Le complexe mental/corps/esprit qui est un petit enfant possède une portion hautement développée qui peut être le mieux étudiée en visualisant les Signifiants du Mental et du Corps. Vous remarquez que nous n’incluons pas l’Esprit. Cette portion du complexe mental/corps/esprit n’est pas développée de manière fiable chez tous les complexes mental/corps/esprit.

C’est ainsi que le ‘soi’ significatif du petit enfant, qui est la récolte des inclinations de toutes les expériences incarnationnelles précédentes, offre à ce petit enfant des tendances grâce auxquelles il pourra rencontrer de nouvelles expériences.

Cependant, la portion du petit enfant qui peut être travaillée par la Matrice du Mental est en vérité non alimentée par l’expérience et a tendance à rechercher cette expérience par l’intermédiaire du libre arbitre, tout comme l’énergie intelligente dans la phase cinétique crée le Logos par l’intermédiaire du libre arbitre. Ensuite, ces sub-sub-Logoï, ou les portions du complexe

mental/corps/esprit qui peuvent être exprimées par la considération des Potentialisateurs du Mental et du corps choisissent, par le libre arbitre, d’effectuer des altérations dans leur continuum expérientiel. Les résultats de ces expérimentations de nouveautés sont ensuite stockés dans les portions du mental et du corps articulées par les Matrices qui s’y rapportent.

Q Si je comprends bien, avant le processus de mise en place du voile toutes les polarités électriques, les polarités de rayonnement et d’absorption, existaient dans une certaine partie de la Création, mais la polarité Service D’Autrui/Service De

Soi qui nous est familière n’avait pas évolué et n’est apparue qu’après le processus de mise en place du voile, comme une addition à la liste des polarités possibles dans la Création. Est-ce exact?

R Non. La description de la polarité comme étant Service De Soi et Service D’Autrui réside, depuis le début de notre

Création, dans l’architecture du Logos primal. Avant la mise en place du voile l’impact des actes des mentaux/corps/esprits sur leur conscience n’était pas palpable à un degré suffisamment significatif pour permettre que l’expression de cette polarité soit significativement utile. Au cours de la période de ce que vous appelez ‘le temps’, l’expression de la polarité a en fait fonctionné de façon à altérer les inclinations des mentaux/corps/esprits pour qu’ils puissent par la suite être moissonnés. La mise en place du voile a rendu la polarité de loin plus efficace.

Q Je pourrais faire une analogie alors en ce sens que, quand une polarisation dans l’atmosphère se produit pour créer des coups de tonnerre, des éclairs, et toutes sortes d’activités, cette expérience intense pourrait être comparée à la polarisation de la conscience, qui rend les expériences plus intenses. Est-ce que cette analogie est appropriée?

R Il y a de la superficialité dans cette analogie en ce sens que l’attention d’une entité peut être focalisée sur un orage pendant la durée de cet orage. Mais les conditions de création d’un orage ne sont pas constantes, alors que les conditions de polarisation le sont. Cette mise au point étant faite, nous sommes d’accord avec votre analogie.

Q Il me semble que l’Expérience du Mental agit de manière à modifier la nature du voile, pour que le catalyseur soit filtré de façon à être acceptable pour l’inclination qui est choisie de plus en plus nettement par l’entité. Par exemple, si l’entité a choisi la voie de droite, l’expérience du mental change la perméabilité du voile de manière à ce que soient acceptés des catalyseurs de plus en plus positifs. L’inverse est vrai pour l’acceptation de catalyseurs plus négatifs si c’est la voie de gauche qui a été choisie. Est-ce exact?

R Ceci n’est pas seulement correct: il y a aussi des ramifications. A mesure que l’entité grandit en expérience, elle choisit de plus en plus des interprétations positives des catalyseurs si elle suit la voie du Service D’Autrui, et des interprétations négatives des catalyseurs si son expérience est celle de la voie du Service De Soi.

Q Donc le mécanisme, conçu par le Logos, de l’action du catalyseur ayant pour résultat de l’expérience, a été planifié de façon à s’auto-accélérer en ce sens qu’il crée un processus à perméabilité variable. Est-ce que ce que je viens dire est adéquat?

R Il n’y a pas de perméabilité variable impliquée dans les concepts dont nous venons de discuter. A cette exception près, vous avez entièrement raison.

Q Je voudrais prendre à titre d’exemple la distorsion d’une maladie ou d’un dysfonctionnement corporel avant la mise en place du voile, et la comparer à cette distorsion ou maladie après la mise en place du voile. Supposons que les conditions

vécues par Jim par rapport à la défaillance de ses reins feraient partie d’une expérience survenue avant la mise en place du voile.

Est-ce que cette expérience aurait pu se produire avant le voile? Est-ce qu’elle aurait été différente? Et si oui, comment?

R La colère de la séparation est impossible sans le voile. L’absence de conscience que le corps a besoin de liquide est improbable sans le voile. La décision de contempler la perfection dans la discipline est très improbable sans le voile.

Q Je voudrais avoir un exemple de distorsion corporelle d’avant le voile, et voir comment cela affecte le mental. Est-ce que Ra pourrait donner un exemple de cela s’il vous plaît?

R Ce domaine général a été couvert. Nous allons récapituler.

Les schémas des maladies, des troubles et de la mort sont un domaine bénéfique à l’intérieur du plan de l’expérience d’incarnation. Une guérison survenait alors par la décision des mentaux/corps/esprits, et les incarnations étaient vécues avec la fin normale de la maladie par la mort, acceptée telle quelle puisque sans le voile il est clair que le mental/corps/esprit continue. Ainsi donc, les expériences, bonnes et mauvaises, ou gaies et tristes, du mental/corps/esprit d’avant la mise en place du voile étaient pâles, sans la vivacité ni l’intérêt aiguisé qu’elles apportent au complexe mental/corps/esprit d’après la mise en place du voile.

Q A la fin d’une incarnation, avant le voile, est-ce que l’entité paraissait avoir vieilli comme c’est le cas pour les entités de notre présente illusion à la fin de leur incarnation? Est-ce que le Signifiant apparaissait comme cela?

R Le Signifiant du Mental, du Corps, ou de l’Esprit est une partie du mental archétypal et il apparaît comme chacun

visualise cette apparence. Le corps des mentaux/corps/esprits d’avant le voile montrait tous les signes de vieillissement qui vous familiarisent à présent avec le processus menant au détachement du complexe mental/corps/esprit de la troisième densité. Il est bon de se rappeler que la différence entre mental/corps/esprit et complexe mental/corps/esprit est un oubli à l’intérieur du mental profond. Les apparences physiques et les activités de surface et instinctuelles sont quasiment les mêmes.

Q Je vois alors que c’est quand un individu atteint un âge très avancé, dirais-je, qu’il lui devient apparent en troisième densité qu’il est usé. Dès lors, il n’est plus aussi fermement attaché à ce véhicule qu’il le serait à un véhicule de belle apparence et fonctionnant bien. Après la mise en place du voile, le corps est vraiment un athanor pour le mental. Avant le voile, est-ce que le corps servait aussi d’athanor au mental?

R Oui.

Namasté.

G.B.B.L.K.A.

Publicités